DÉCROCHER

Les Toits du monde : voici votre prochaine destination

Rencontre avec Dior Fall, copropriétaire des Toits du monde

Votre belle histoire dans les pays d’en haut

Dans les Hautes-Laurentides, à 45 minutes au nord de Mont-Tremblant, vous avez rendez-vous avec un univers hors du commun. À Nominingue, plus exactement, où vous trouverez des paysages sauvages, une faune et une flore riches et généreuses, et des espaces intacts. Là vous attendent les Toits du monde et leurs hébergements insolites et écologiques.

Glampsource s’est entretenu avec Dior, qui sait nous mettre l’eau à la bouche en nous racontant l’histoire de ce site de glamping pas banal. Que vous choisissiez de passer la nuit dans les arbres, dans la maison de Hobbit, dans la yourte ou le tipi, vous plongerez au cœur d’un conte de fées, rien de moins!

Décrochez, pas à moitié!

Vous êtes prévenus : ici, vous optez pour une expérience, vous choisissez de sortir des sentiers battus. Parlant de sentier, du stationnement, pour accéder à votre refuge, vous avez une marche de 300 à 900 mètres à prévoir. C’est fantastique! Chacun de vos pas vous éloigne de vos soucis de la semaine et vous rapproche de l’esprit des vacances!

Il n’y a ni eau courante ni électricité, mais les bidons d’eau potable vous sont fournis, et un panneau solaire procure l’énergie pour vous éclairer. Certains hébergements comportent des toilettes sèches à l’extérieur, d’autres, des toilettes à compost à l’intérieur.

On s’adresse à quiconque a envie de connaître la sensation de lâcher prise, complètement.

L’été, à proximité, les activités extérieures ne manquent pas. Canot, kayak, randonnée, baignade, vélo, roller ne sont que quelques-uns de moyens de vous dépenser! Vous venez en hiver? Parfait! Raquette, patin, survie en forêt, ski de fond, glissade, vous aurez tout autant mérité votre souper! La meilleure solution : essayer toutes les saisons!

Un long parcours qui mène à bon port

Dior et Sylvain, les propriétaires, sont arrivés au Québec avec chacun une formation d’ingénieur informatique, après avoir travaillé 2 ans à Paris dans leur domaine. Ils sont alors à la recherche du mode de vie qui leur conviendra le mieux. Après un détour à Montréal, alors que Dior travaille en aéronautique, et Sylvain, en tourisme plein air, ils s’aperçoivent qu’ils cherchent encore.

Ils poursuivent leur exploration à l’extérieur de la ville, et finissent par trouver le terrain à Nominingue. C’est le début d’une réponse! En juillet 2012, ils avaient construit un chalet dans les arbres. Puis ont suivi le tipi, la yourte mongole, la maison de Hobbit et son toit de verdure! Le couple construit toutes les habitations, en misant sur des matériaux locaux, écologiques et renouvelables.

Leur mission? Amener les gens à fuir le stress du quotidien, tout en leur permettant de se sensibiliser avec la beauté de la nature, de se rappeler l’importance de cohabiter avec celle-ci dans le respect.

Vivre au paradis… Sinon, ça va, vous?

Dior nous confie que Sylvain et elle habitent sur place. Non seulement c’est un le paradis, mais ça facilite leur travail de gestion. Ça leur permet aussi de développer un meilleur contact avec la clientèle.

Ça fait d’ailleurs partie de ce qui rend Dior la plus heureuse dans ce qu’elle fait : cette rencontre entre les gens et la forêt. Les voir plonger dans le concret, dans l’énergie de cette nature, qui se touche et se respire. Quand les clients viennent les voir — et ça arrive souvent — pour les remercier de leur avoir offert cette bouffée d’air, c’est extraordinaire! Ils ne se verraient pas ailleurs.

Mille mercis à Dior, qui nous a donné envie d’aller en profiter, de cette grande bouffée d’air! L’histoire de ce couple, qui a cherché, puis trouvé l’endroit sur terre où se poser et se réaliser, est très inspirante. On souhaite ce bonheur à tout le monde!

PARTAGER

Marjolaine Quintal

Share on facebook
Share on linkedin

Inscrivez-vous à notre infolettre et découvrez l'art de vivre en plein air.